Crée le 15 août 2019 par Harald & Amalia

Petits bâtons dans les roues...

Nous avions décidé de nous taire un peu sur l’avancée de notre projet, mais au final, nous avons décidé le contraire. Ce n’est pas en se taisant que les choses avancent. Nous sommes dans une démarche écologique positive et rien ne nous fera reculer devant cette envie de vivre autrement qui nous implique totalement dans notre mode de vie actuel. Nous avons continué à travailler dur depuis notre dernier article. Les journées sont rythmées au bon vouloir de mère nature et nous cela nous renforce jour après jour. Il était resté une certaine amertume de notre rencontre avec Mr le Maire, et puis au final, nous avons pris le recul nécessaire et nous nous sommes dit que son ignorance à notre sujet avait du le heurter et lui faire imaginer de multiples scénarios de destruction contre ce lieu...

Nous avons donc rédigé un dossier pour lui montrer notre bonne foi et notre volonté de nous insérer au cœur du village pour travailler avec des artisans locaux, des associations, notamment un gîte qui permettrait d’assurer des nuitées aux futurs stagiaires ici. Entre temps, nous avons contacté une personne de Natura 2000 qui s’occupe du secteur, dans une réelle démarche de préoccupation du lieu. Après nous être renseigné nous les zones naturelles, et après avoir constaté ce que beaucoup constatent à l’heure d’aujourd’hui, nous avons décidé d’être les gardiens de cet endroit magnifique.

Vous trouverez ici des raisons valables, entre autres, qui nous poussent dans nos démarches et nous placent au rang de protecteurs de la nature.


«Au plan juridique, la France a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) pour mauvaise transposition des directives concernées. Les motifs de la dernière condamnation ? Le fait que la législation française prévoit que la chasse et la pêche dans les zones protégées ne constituent pas des activités perturbantes, et qu'elle exempte de procédure d'évaluation des incidences les aménagements qui font l'objet d'une contractualisation Natura 2000, de même que ceux qui sont soumis à un simple régime déclaratif."

Cela suffit à démontrer que nous pouvons nous allouer un petit lopin de terre pour vivre afin de veiller sur un grand lopin de terre qui nous entoure. Avant que Michèle achète ce lieu et veille sur lui, il s’est avéré que cet endroit avait été complètement laissé à l’abandon, devenu une vraie décharge publique. Elle a travaillé dur pendant de nombreuses années pour en faire un petit paradis, et nous ne souhaitons en aucun cas qu’aujourd’hui ce terrain se retrouve en proie aux chasseurs ou redevienne une éventuelle déchetterie alors qu’il a retrouvé toute sa lumière.

En communiquant avec les animaux, le mettre des lieux, nous avons reçu «l’ordre" de protéger les êtres qui veillent à ce que cette nature soit gardée. Nous avons promis de ne rien dénaturer et d'abriter les âmes qui vivent ici, quelle que soit leur nature divine.


La rencontre avec le rseponsable de secteur a été très enrichissante. Nous avons été très bien conseillés sur les plantes, arbres, animaux... Il a constaté que nous étions bien intégrés dans le paysage et que nous n'empêchions en rien le développement de la biodiversité de ce lieu, bien au contraire. Il a pris connaissance de l’avant, du pendant et du projet futur pour évaluer notre présence ici. Suite à ce rendez-vous, nous étions ravis, car l’opportunité de faire valoir notre présence ici était créée. Nous avons donc pris rendez-vous avec Mr le Maire, avec Michèle bien sûr, pour nous présenter officiellement. Nous sommes arrivés, dossier en main, souriants, en souhaitant fortement que cet entretien se passe bien. « J’ai rdv avec vous pas avec eux», il nous a laissé dehors, nous a refusé en rendez-vous et nous a ainsi offensé. Atmosphère glacial qui nous a laissés sans voix.


Il a refusé catégoriquement de nous rencontrer et a cédé après 30 minutes d'entretien avec Michèle qui ne s'est pas laissé faire. Il ne voulait pas lire notre dossier concernant notre projet alors que nous sommes les acquéreurs de ce lieu. « Toutes les démarches que vous ferez vous seront refusées », aucun moyen de discuter avec lui, imperméable à nos explications, nos valeurs de la vie. On lui a expliqué notre démarche écologique avec beaucoup de coeur, mais... «Venez-en au fait parce que là vous brodez". Nous lui avons répondu que notre dossier n'était pas un chiffon et que nous ne mettions pas du parfum pour camoufler nos odeurs. Que nous étions des personnes respectées et respectables avec de vraies valeurs, de vraies ambitions, et personnelles et bien plus grandes, et que nous jouions la carte de la transparence...

« En gros, vous êtes parfaite », après avoir expliqué notre projet et les démarches auprès des habitants, voilà ce qu'il a répondu, puis s'est tourné vers Michèle pour lui demander, à nouveau, de rédiger un courrier pour nous expulser. Nous étions bouillonnants, une envie de nous lever et quitter les lieux, une envie de lui hurler dessus... Bah oui, nous avons quand même nos propres limites !!! Faut quand même pas pousser mémé dans les orties surtout quand elle est furax ! :) Nous lui avons prouvé que jusqu'à maintenant nous n'étions pas dans l'illégalité, mais il n'était pas au courant de certaines lois comme la loi Allur qu’il ne connaissait visiblement pas et ne dont il ne voulait pas entendre parler alors il a noté...Pfffff

Nous nous sommes imposés malgré tout, car nous commencions à être un peu irrités par son comportement, quand il a commencé à dénigrer la personne que nous avons rencontré pour la protection de la nature. « Il n’est pas dans son rôle, je vais lui rédiger un courrier" a dit le maire, furieux de constater que nous ne sommes pas des beatniks et que nous sommes responsables. Il attendait sans doute un rapport contraire ! Il était en colère de constater que la personne en question nous a conseillé sur les plantes à protéger du terrain, celles a éviter, celles qui sont toxiques pour les animaux... Il n’a rien voulu entendre. Nous lui avons quand même dit que cela suffisait, que dans ce cadre-là, on ne parlait pas d’habitations, mais d’une réelle protection de la nature et de notre environnement. Qu’avoir des connaissances sur les plantes à protéger ou à éliminer était un trésor considérable, car ne serait-ce que pour les chevaux, il y a des baies à éviter pour qu’ils ne s’intoxiquent pas et nous en avons sur le terrain... Cette information était donc précieuse à notre regard, que ce soit dans le cadre d'habiter ou pas ce terrain... Agressif, méprisant, irrespectueux, ce rendez-vous était des plus décevant.


Il a fait du forcing auprès de la propriétaire pour qu’elle rédige un courrier pour nous expulser du terrain. Vente repoussée à cause de lui, il a fait échouer plusieurs ventes et tout est injustifié. Le notaire de la propriétaire actuelle a déjà dû intervenir auprès de la mairie pour méconnaissance des lois... Il nous a clairement fait comprendre que nous n’étions pas les bienvenus. On lui a expliqué l’engouement des gens d’ici face à un tel projet, que nous étions allés à la rencontre de personnes différentes et que toutes adhèrent sans jugements, bien au contraire. Il nous a répondus «Vous n’aviez pas à aller voir les gens, il fallait venir en mairie". «On a bien fait d’être allé voir les gens, car quand on voit comme nous sommes reçus... C’est certain que nous n’aurions pas acheté le terrain !" Cette remarque a été faite par les autres acquéreurs potentiels aussi, qui ont abandonné leur projet vu les difficultés causées par la mairie alors qu’ils voulaient simplement cultiver des plantes, ou mettre des moutons.

Nous avons parlé de travailler main dans la main avec les gens du coin, mais il nous a fait comprendre qu’il s’en foutait, nous sommes sûr que les gens alentours seraient ravis d’entendre cela !!!

On lui a dit que le village était clairement " fané " et que nous avions justement la possibilité de créer de l’animation... Aucune possibilité de se faire entendre, il est resté bloqué sur notre illégalité à vivre en toile de tente sur ce terrain. Il était aussi dans la crainte que nous fassions un village écologique, on lui a expliqué que ce n’était pas notre projet et que s'il l’avait lu, il n'aurait pas posé la question. Et bien vous devez partir sinon « vous n’avez qu’à prendre une maison ou un appartement et faire comme tout le monde". Non mais c’est fou ça... Achetant ce lieu, il nous est impossible d’aller ailleurs..."Fallait y penser avant et rester en Isère". Brrrrrr Il ne nous a pas serré la main en partant. À dit à Michèle « A bientôt ».


Nous sommes rentrés très contrariés, ne pouvant que constater cette mise en évidence de l’ombre et de la lumière, par conséquent, l’énergie que nous implantons pour la terre nouvelle face aux vieux schémas et à l’ancien mode de penser. Deux mondes en plein affrontement ! Nous avons pris contact avec « Désobéissance fertile ». Ils nous ont transmis les coordonnées de l’association HALEM qui défend les personnes en habitats légers. Entrés en contact avec l’association, nous avons eu un retour positif et nous allons pouvoir bénéficier de conseils avisés sur le sujet. Nous savons déjà que jusqu’à aujourd’hui nous n’avons pas été dans l’illégalité. Entre temps, nous avons rencontré une belle personne, Franck. Un caractère détonnant et un cœur gros comme ça... Il nous a pris sous son aile lui aussi et apporte plus de force encore à nos journées, car nous savons qu’il est là. Même vision de la vie, même optique, nous l’avons rencontré grâce au réseau facebook et pour le coup merci facebook ! :) Il cherchait quelqu’un pour aider un ami à restaurer sa propre cabane suite à une fuite à son toit, nous avons décidé de le rencontrer et de l’aider, il n’était pas concevable pour nous de ne pas répondre positivement à l’appel. Nous sommes heureux de cette belle rencontre qui est riche et authentique.

Il nous partage de nombreuses informations pour que tous réunis nous puissions changer les choses. Il n’est plus concevable de vivre sous cette pression qui n’a qu’un but politique. Il n’y a pas de réelles démarches économiques ou salvatrices alors nous décidons comme tant d’autres d’être responsables de nos vies, responsables de nos terres. C’est ensemble que nous pouvons changer les « lois » qui régissent notre vie, notre liberté. Nous sommes dans de vraies cages, enregistrés partout, taxés, conditionnés, empoisonnés... Et lorsque tu veux vivre en ne consommant presque rien, on veut te faire expulser de chez-toi alors que tu es en toile de tente ??? Mais on va où là...

Nous avons décidé de vivre autrement et nous n’avons ni honte de notre mode de vie, ni honte de ce que nous sommes, de qui nous sommes, bien au contraire. C’est en agissant ainsi que nous sommes dans notre vérité et pour rien au monde nous ne ferions autrement. En aucun cas, nous incitons tout le monde à vivre ainsi, chacun doit faire ses choix, chacun doit être libre de vivre comme bon lui semble. À partir du moment où tu n’impactes pas ton environnement de façon à le détruire, mais bien au contraire, je ne vois pas ce qu’il a de mal (à pas que tu es un hors-la-loi !) à vivre en pleine nature. Nous en sommes là aujourd’hui, nous avons commencé à monter notre maisonnette, charpente autoportée.



Elle sera un petit d’amour, douillet, ne consommant presque rien en énergie et biodégradable.



Le bois est récupéré, il devait partir en miette, et tout a été écorcé par nos soins. Nous sommes fiers de ce que nous faisons, nous allons créer une maisonnette unique qui s’intégrera parfaitement bien dans le paysage, et continuer sur notre chemin vers la liberté de vivre autrement...



Nous n'avons pas traversé les temps pour vivre une sorte d'esclavage moderne, nous sommes ici pour vivre en Homme libre.

Na...


Harald & Amalia




144 vues2 commentaires